Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Channel Catalog


Channel Description:

Maghreb news and blog articles from The Huffington Post

older | 1 | .... | 806 | 807 | (Page 808)

    0 0

    L’association Winou Etrottoir a présenté, jeudi, sa charte d’engagement citoyen et dévoilé les parties signataires ayant adhéré à ce projet. Composée de 14 points, cette charte se focalise sur 4 axes à savoir la bonne gouvernance et la transparence, le cadre de vie et l'urbanisme, le transport et la mobilité et la démocratie participative.



    En tout, 13 partis de différentes appartenances politiques en plus de l'INLUCC ont manifesté leur engagement à respecter et à se conformer à la totalité des principes de l'association et ont déjà signé le document. Parmi les partis signataires figurent Al Badil, Machrou Tounes, le Front populaire, Afek, le courant démocrate et Harak Tounes. Cependant, les deux grands partis au pouvoir, Nidaa Tounes et Ennahdha, n’ont toujours pas réagi, sachant que Nidaa Tounes a été parmi les premiers partis politiques contactés par l’association, a indiqué Rafik Felah, membre fondateur de l'association.



    "Partant du principe qu’une jeune démocratie ne peut survivre sans débat politique, sans société civile et sans partis politiques, il a fallu aller au-devant des différentes composantes de notre corps social et les inviter à étudier, à valider, à signer et à s’engager à appliquer la charte. Ils participent ainsi à un acte salvateur pour un mieux-vivre-ensemble des Tunisiennes et des Tunisiens, en faisant en sorte que ces principes soient traduits en textes de loi exécutoires" a expliqué l'association en soulignant qu'elle reste ouverte à toute nouvelle adhésion.

    A l'approche des élections municipales, Winou Etrottoir veut orienter le débat vers les préoccupations du simple citoyen et mettre en relief les problèmes de proximité. Cette initiative qui a été lancée depuis près de deux ans sur les réseaux sociaux pour dénoncer les dépassements sur le plan urbain s'est transformée en 2016 en association pour ancrer les principes relatifs au respect de l’urbain, de l’Etat de droit, du consensus social et de la citoyenneté.

    Nombreuses sont les initiatives menées par Winou Ettotoir dont la plus récente date de vendredi soir où une manifestation a eu lieu à la Marsa pour dénoncer toute forme de construction anarchique.

    Plusieurs dizaines de personnes ont participé à cette marche de protestation pour dénoncer notamment la corruption qui touche l’octroi des autorisations de construire. Des députés et des figures politiques ont même pris part à ce mouvement. Ce mouvement intervient à la suite de la construction d'un bâtiment dans la région qui ne se conforme pas aux autorisations et aux mesures en vigueur.





    LIRE AUSSI: L'engagement citoyen de Winou Etrottoir


    Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.


    -- This feed and its contents are the property of The Huffington Post, and use is subject to our terms. It may be used for personal consumption, but may not be distributed on a website.


    0 0

    AVIATION - Il n'avait que 27 ans. Officier pilote de ligne de la Royal Air Maroc, Mohamed Assabbane est décédé des suites d'un malaise cardiaque hier, vendredi 23 juin dans l'après-midi à Casablanca, quelques minutes seulement avant le décollage d'un avion à destination de Beyrouth.

    Avant le décollage du vol AT276, le jeune copilote s'était plaint d'une douleur à la poitrine relève le Morocco World News. Le site électronique précise qu'une "ambulance a été dépêchée sur le tarmac de l'aéroport Mohammed V pour apporter une assistance médicale". "Malheureusement pour le père d'un enfant en bas âge, les secours sont arrivés trop tard et son décès a été prononcé avant d'arriver à la clinique où Assabbane devait être conduit pour traitement", ajoute Morocco World News.

    Contacté par le HuffPost Maroc, le service communication de la RAM n'a pour l'instant pas donné suite à nos demandes de réactions. De son côté, l'Association Marocaine des Pilotes de Ligne n'a pour l'instant pas communiqué plus de précisions quant aux circonstances de cette tragique disparition, mais publié un simple avis de condoléances, précisant que l’inhumation du défunt se fera au cimetière Errahma, ce samedi 24 juin à l’heure de la prière de Al’Asr.

    LIRE AUSSI:



    -- This feed and its contents are the property of The Huffington Post, and use is subject to our terms. It may be used for personal consumption, but may not be distributed on a website.


    0 0

    MARCHE DES FIERTES - Une quinzaine de villes des États-Unis et du Canada ont décidé de marquer durablement leur soutien à la communauté LGBT en créant des passages-piétons multicolores, en référence au fameux drapeau des Fiertés.




    À San Francisco

    Rainbows on Davie. Not for #pride, for all the time. #vancouver #lgbt

    Une publication partagée par travis lupick (@tlupick) le




    À Vancouver




    À Seattle

    #keyweststreets #keywestrainbowcrosswalk #keywestrainbow #keywest #keywestflorida

    Une publication partagée par Lezlea Archer (@lezleaa) le




    Key West, Long Beach, Philadelphie, Toronto, West Hollywood et Ottawa ont elles aussi leur passage piéton arc-en-ciel. D'autres villes au Texas et dans le Kentucky en ont également fait l'expérience, mais de façon éphémère, à l'occasion d'événements pour la communauté gay.





    La ville d'Atlanta a en revanche choisi d'installer de manière permanente à l'un de ses carrefours des passages piétons aux couleurs de l'arc-en-ciel, pour mieux manifester son soutien à la communauté gay:






    LIRE AUSSI:




    -- This feed and its contents are the property of The Huffington Post, and use is subject to our terms. It may be used for personal consumption, but may not be distributed on a website.


    0 0

    FOOTBALL - L’international marocain Younes Belhanda devra évoluer la saison prochaine au sein du club turc de Galatasaray, annonce ce samedi la presse locale.

    Selon la chaîne turque NTV Spor, les dirigeants du club stambouliote sont parvenu à un accord global avec le milieu offensif international marocain (36 sélections, 3 buts) qui appartient au Dynamo Kiev et ex champion de France avec Montpellier en 2012.




    Revenu à Kiev après une saison en prêt à l'OGC Nice (Ligue 1 française), le joueur de 26 ans doit signer un contrat de quatre ans. Le montant de son indemnité de transfert serait de 8 millions d’euros, plus 2 millions d’euros de bonus.

    L’officialisation doit intervenir dans les jours prochains après la visite médicale d’usage.

    L’international marocain retrouvera dans le championnat turc un autre coéquipier dans le Onze national Nabil Dirar, récent champion de France avec l’AS Monaco recruté par le Fenerbahçe durant ce mercato estival, dans l’un des derbies chauds de la métropole stambouliote.

    En 2013, Fenerbahçe avait essayé de se payer les services de Belhanda mais un désaccord sur le montant de transfert avec Montpellier avait fait échouer ce recrutement avant que Belhanda ne dépose ses valises en Ukraine.

    À noter qu'en cette saison de mercato, un autre Marocain devra prochainement rejoindre la Turquie pour un club stambouliote également, puisque le milieu de terrain marocain Nabil Dirar (31 ans) quitte Monaco pour Fenerbahçe pour une durée de 3 ans.

    LIRE AUSSI:



    -- This feed and its contents are the property of The Huffington Post, and use is subject to our terms. It may be used for personal consumption, but may not be distributed on a website.


    0 0



    INTERNATIONAL - 10 jours après l'incendie de la Grenfell Tower qui a fait au moins 79 morts, les habitants de l'une des cinq tours du nord de Londres évacuées le soir du vendredi 23 juin ont été autorisés à regagner leurs logements samedi matin, tandis que 83 personnes ont refusé de quitter leurs appartements, a annoncé la municipalité de Camden.

    Vendredi soir, beaucoup avaient appris leur évacuation urgente... par la télévision, comme le montre notre vidéo au-dessus de l'article. Shirley Phillips, habitante de la tour Taplow, l'une des tours sommées de se vider ne cachait pas sa "colère": "Les pompiers étaient là toute la journée. Pourquoi ne pas nous évacuer plus tôt?"

    Concernant la tour de nouveau accessible, "la brigade des pompiers londoniens nous a averti que les résidents de la tour Blashford n'avaient pas besoin de quitter leur logement", a déclaré Georgia Gould, la responsable de la municipalité de Camden, dans un communiqué.

    Elle a expliqué que plusieurs éléments différenciaient cette tour des quatre autres immeubles de l'ensemble appelé Chalcots Estate, qui compte près de 800 appartements. "Ce bâtiment est plus petit que les autres, les portes coupe-feu ne sont pas les mêmes, et des travaux ont été réalisés pour dégager les couloirs et améliorer la sécurité incendie", a-t-elle précisé. "Les pompiers nous ont donné l'assurance que l'immeuble était sûr pour les résidents".

    Elle a également indiqué à la BBC qu'environ 650 logements avaient été évacués vendredi soir, mais que 83 personnes avaient refusé de quitter leurs appartements. Elle a souligné que si des habitants refusaient toujours d'évacuer la tour samedi après avoir reçu la visite des autorités, cela constituerait "un problème" pour les services de prévention incendie.

    "Travaux Urgents"

    L'évacuation des cinq immeubles a été ordonnée par la municipalité vendredi soir pour permettre la réalisation de "travaux urgents", après qu'elle ait jugé insatisfaisants les tests de sécurité incendie, notamment en ce qui concerne le revêtement extérieur. Les panneaux d'isolation extérieurs de ces tours sont les mêmes que ceux qui couvraient la tour Grenfell, dont l'incendie dans la nuit du 13 au 14 juin a fait au moins 79 morts. Ce revêtement, composé de polyéthylène enchâssé entre deux couches d'aluminium, est fortement soupçonné d'être responsable de la propagation rapide des flammes sur la totalité de la tour Grenfell.

    Les autres résidents de Chalcots Estate ont passé la nuit chez des parents et amis, dans deux centres de loisirs situés à proximité, ou encore dans les "centaines de chambres d'hôtel" que la municipalité de Camden a dit avoir réservées. Ces hébergements provisoires devraient être maintenus pendant "deux à quatre semaines", le temps que les travaux de mise en sécurité soient achevés.

    Les habitants sont autorisés à revenir dans la journée de samedi pour récupérer des affaires personnelles dans leurs appartements, sous la surveillance des pompiers.

    "Au courant de rien"

    Certains résidents n'ont pas manqué d'exprimer leur surprise ou leur colère de voir une opération d'évacuation d'une telle ampleur mise en place au début de la nuit, sans annonce préalable. Mère de trois enfants dont un bébé, Zega Ghebre, 42 ans, a jugé la situation "incroyable".

    "On n'a pas pu emmener d'affaires, on ne savait pas où on allait, j'espère qu'on va pouvoir revenir bientôt", a-t-elle déclaré à l'agence Press Association devant le Swiss Cottage Leisure Center, l'un des centres de loisir réquisitionné pour accueillir les habitants. "On nous propose désormais d'aller dans un hôtel du quartier de Wembley. J'espère que ça ne durera pas trop longtemps, je ne sais pas comment on va se débrouiller sinon", a-t-elle soupiré.

    Peter Bertram, un vétéran de l'armée britannique, a lui été "choqué" par l'incident. "C'était la course, je n'étais au courant de rien. Mes voisins m'ont dit 'emmenez ça et ça'. C'est arrivé tellement vite, je n'avais pas l'énergie pour faire face", a-t-il dit.

    La Première ministre Theresa May a fait savoir que ses pensées étaient avec les résidents évacués des tours de Chalcots Estate. "Nous travaillerons avec les services d'urgence et les autorités concernées et nous les soutiendrons, afin de protéger le public", a-t-elle déclaré. Devant le parlement, Theresa May avait déclaré jeudi que "le gouvernement (avait) ordonné l'examen des revêtements de tous les immeubles" de logements sociaux gérés par les pouvoirs publics à travers la Grande-Bretagne. Selon ses services, rien qu'en Angleterre, 600 immeubles auraient un revêtement similaire à celui de la tour Grenfell.

    "Possibles poursuites"

    L'incendie qui a touché cet immeuble est parti d'un réfrigérateur défectueux, a annoncé vendredi Fiona McCormack, une des responsables de la police scientifique de Londres.

    Elle a souligné que la police allait "examiner la construction du bâtiment, sa rénovation" et la manière dont le revêtement de la façade a été installé. Des poursuites pour "homicide" ne sont pas à exclure, a-t-elle souligné.

    Le ministre des Entreprises Greg Clark a souligné que l'appareil incriminé, le modèle FF175BP fabriqué par Whirpool, était soumis à des tests approfondis pour déterminer pourquoi il avait pris feu.

    Dans un communiqué, le groupe dont le siège est aux Etats-Unis, a affirmé avoir fait de ce problème une question prioritaire et a appelé tous les propriétaires de modèles FF175BP et FF175BG à se faire connaître auprès de ses services.

    Le bilan de l’incendie meurtrier qui a ravagé la tour de Grenfell à Londres, dans la nuit du 13 au 14 juin, s'élève à 79 personnes décédées ou présumées mortes, dont six ressortissants marocains formellement identifiés.

    LIRE AUSSI:



    -- This feed and its contents are the property of The Huffington Post, and use is subject to our terms. It may be used for personal consumption, but may not be distributed on a website.


    0 0



    TERRORISME - Depuis près de 900 ans, Mossoul ne s’était jamais endormie sans celle que les Irakiens appelaient “Al Hadba” ou “la bossue”. Mais la ville du nord de l’Irak s’est retrouvée mercredi amputée de ce célèbre minaret penché et de sa grande mosquée Al-Nouri. Si l’armée iraqienne avait annoncé que la destruction de ces monuments historiques était l’oeuvre atroce de Daech, le groupe terroriste, lui, nie toujours cet acte. Pour Daech, la démolition de cette emblème de l’islam serait due à deux frappes aériennes de l’armée américaine.

    La mosquée était jusqu’à présent un lieu symbolique pour l’EI puisque son chef, Abou Bakr Al-Baghdadi, déclaré mort à plusieurs reprises, s’y était désigné, le 4 juillet 2014 après avoir saisi Mossoul, calife ou successeur du prophète Mohammed et donc chef de tous les musulmans.

    “Dans l’inconscient djihadiste, cette mosquée est très importante, la détruire ainsi serait incompréhensible", explique au HuffPost Maroc Wassim Nasr, journaliste à France 24 et spécialiste des réseaux jihadistes. “Le lieu a une charge historique et symbolique, beaucoup de gens avaient envie de le détruire comme les milices shiites", poursuit-il.

    Une vidéo publiée jeudi 22 juin par l’agence de l’État islamique, A’maq, à-travers laquelle Daech revendique ses attaques, montre plusieurs missiles retrouvés entre les pierres restantes de l’édifice sacré. Des interlocuteurs affirment même les avoir vus descendre du ciel et détruire la mosquée. Un d’entre eux insiste sur les croix noires qu’il a aperçu sur ces avions américains.




    Des siècles d'histoire réduits en poussière

    La destruction de ce monument historique est loin d’être une première pour l’État Islamique, qui s’en prend régulièrement au patrimoine culturel, comme on peut le voir dans la vidéo en début d'article. En janvier 2015, Daech incendie ainsi la plus grande bibliothèque de Mossoul, brûlant ainsi des milliers de livres et manuscrits anciens.

    “Daech a une approche radicale de ce qu’est la religion musulmane dans l’interprétation est dans l’application", explique au HuffPost Maroc un responsable du bureau de l’UNESCO à Rabat. “Il lui faut donc éradiquer tout ce qui qui va contre sa vision y compris dans l’islam". Le responsable rappelle d’ailleurs que le plus grand nombre de victimes faites par Daech sont musulmanes et de la même façon, le groupe s’attaque systématiquement à tout patrimoine qui représente d’autres branches de l’islam.

    En février 2015, c’est au tour du musée de Mossoul abritant des centaines de pièces datant de siècles avant l’ère chrétienne. Des statues et sculptures sur pierre tels que les taureaux ailés à face humaine qui faisaient plus de deux mètres de haut et dataient du VII siècle avant J.-C. ont été détruites. D’autres objets culturels transportables ont été volés pour être revendus au marché noir.

    “Pour les membres de Daech, ces statues représentant des dieux et des déesses sont signe d’idolâtrie", explique Wassim Nasr. "Il en va de même pour les temples et les mausolées puisqu’ils estiment qu’il ne faut pas vénérer les morts.”

    Daech s’était en effet attaqué au début de l’année au mausolée et à la mosquée Nabi Younès à Mossoul en Irak, construite en 1226, puis, en mai 2015, aux temples et tours funéraires du site de Palmyre en Syrie. Fiers de leurs exploit, les membres de Daech avait filmé la tragédie. Le site historique qui date du Ier au 2e siècle est sévèrement touchée. D’après le site de l’UNESCO, Palmyre était autrefois un des foyers culturels les plus importants dans le monde. Avec son art et architecture qui mélangeaient les techniques gréco-romaine et les influences perses, la ville était un carrefour des anciennes civilisations.

    Pour la seule région de Mossoul, plus de 66 sites archéologiques ont été détruits dont deux inscrits par l’UNESCO au patrimoine mondial. Il s’agit de la cité Hatra, capitale du premier royaume Arabe, et de la cité antique Assour née au troisième millénaire avant J.-C. d’après le site de l’organisation culturelle. La cité antique de Palmyre en Syrie est également inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO.

    “S’attaquer au patrimoine est une arme de guerre pour semer la terreur et pour toucher les gens dans leur identité", explique le responsable au bureau de l’UNESCO. "C’est aussi un objet de propagande. Les attaques sont reprises par tous les médias. Daech est conscient de l’impact qu’ont ces destructions sur la communauté internationale,” poursuit-il.

    L’Unesco déplore la destruction du minaret Al-Hadba et de la mosquée Al-Nouri à Mossoul

    La Directrice générale de l'Unesco, Irina Bokova, n'a pas manqué de rappeler jeudi dans un communiqué qu'il s'agissait de "sites emblématiques de la ville", déplorant la disparition de ce "symbole d’identité, de résilience et d’appartenance". L’Unesco rappelle avoir contribué en 2012 à la sauvegarde d’Al-Hadba. Plus tard, quelques jours avant l’occupation de Mossoul par Daesh en juin 2014, l’Unesco avait par ailleurs entrepris d’importantes démarches en vue de la sauvegarde et de la consolidation du minaret Al-Hadba. Si les travaux avaient été interrompus avec le conflit, une étude complète sur la conservation du minaret a toutefois été réalisée et pourrait servir à l’avenir, précise le communiqué.


    LIRE AUSSI:



    -- This feed and its contents are the property of The Huffington Post, and use is subject to our terms. It may be used for personal consumption, but may not be distributed on a website.


    0 0

    MUSIQUE - Le Festival Gnaoua et Musiques du Monde d’Essaouira, qui se déroulera du 29 juin au 1er juillet, fête cette année ses 20 ans. Pour marquer cet anniversaire, le groupe Band of Gnawa revient sur la scène Moulay Hassan le 29 juin. Formé il y a 10 ans sur les planches du festival, le groupe, au mélange gnaoua-rock, avait marqué les esprits en 2007.

    Loy Ehrlich, initiateur et directeur artistique de la formation a choisi le nom du groupe en hommage à l'album de Jimi Hendrix "Band of Gypsys", enregistré en 1969. "C'est un hommage aux musiques du début des années 70, qui ont bercé ma génération et qui m'ont accompagné durant mon voyage initiatique au Maroc en 1972", souligne-t-il au HuffPost Maroc.

    La marque de fabrique du groupe? La musique traditionnelle des gnaoua mêlée aux classiques rock. "J'ai choisi une dizaine de standards rock qui me semblaient pouvoir entrer en résonance avec des morceaux du répertoire Gnaoua, puis j'ai travaillé sur les transitions et les fusions possibles", explique Loy Ehrlich. Des titres aussi célèbres que "Get back" et "Come together" des Beatles, "Kashmir" de Led Zeppelin ou encore "Power of Love" de Jimi Hendrix.



    "La fusion se situe plus au niveau des énergies qu'au niveau d'arrangements sophistiqués comme c'est souvent le cas. Nous aimons enchaîner un gros tube rock avec un "gros tube" Gnaoua, et c'est l'énergie et le rythme des morceaux qui font le lien", ajoute Loy Ehrlich.

    Du nouveau dans le groupe

    "Après le concert des 10 ans du festival en 2007, nous avons fait une dizaine de concerts en Europe, puis le groupe est resté en sommeil pendant 8 ans... Nous le réactivons pour fêter les 20 ans du festival!", souligne Loy Ehrlich.

    Pour ce retour, Loy Ehrlich s'est entouré d'anciens membres de Band of Gnawa, à l'instar du chanteur Akram Sedkaoui, mais aussi de nouveaux artistes. Si Louis Bertignac n'est plus présent, on retrouvera cette année Maâlem Saïd Boulhimas (chant gnawa, guembri), Jean-Philippe Rykiel (claviers), Eric Löhrer (guitare), Cyril Atef (batterie, percussions), Tao Ehrlich Brown (batterie, percussions) et Abdellatif Ramni, Amine El Allouki, Hicham Ait Salah et Simo Boumazzough (karkabou, chœurs, danse).

    "Ce sont de bons amis, de bons musiciens, ouverts et respectueux des musiques du monde. Concernant les musiciens Gnaoua, Said Boulhimas est un des jeunes Maâlem les plus populaires d'Essaouira. Nous allons nous retrouver tous en résidence quelques jours avant notre concert à Essaouira pour peaufiner le projet." Résultat de la résidence sur scène le jeudi 29 juin à 23h30, sur la scène Moulay Hassan.

    LIRE AUSSI:



    -- This feed and its contents are the property of The Huffington Post, and use is subject to our terms. It may be used for personal consumption, but may not be distributed on a website.


    0 0

    CULTURE - "NOUS N'AVONS PAS ACCEPTÉ de participer à cet événement". C'est en lettres capitales, comme pour exprimer leur colère, que trois artistes ont tenu à remettre les pendules à l'heures. Dans une mise au point signée par l'artiste française d'origine algérienne Zineb Sedira, et les artistes franco-marocaines Yto Barrada et Bouchra Khalili, les trois plasticiennes nient avoir accepté de participer à la Biennale Méditerranéenne de Sakhnin, en Israël.



    Publié ce 24 juin et largement partagé sur les réseaux sociaux par de nombreux acteurs culturels, le texte indique que les artistes ont demandé à ce que leurs oeuvres soient retirées de la Biennale. "Un événement artistique nommé "la Biennale Méditerranéenne" à Sakhnin, Israël, a récemment annoncé à travers la newsletter à grande diffusion e-flux la participation d'Yto Barrada, Bouchra Khalili, Zineb Sedira lors de sa prochaine édition. C'est un mensonge, et une tentative de nous co-opter. NOUS N'AVONS PAS ACCEPTÉ de participer à cet événement", atteste le texte.

    Les artistes précisent dans leur tribune que leurs oeuvres d'art ont été prêtés sans leur consentement par le Frac PACA (Fonds Régional d'Art Contemporain Provence-Alpes-Côte-d'Azur, à Marseille), à l'événement israélien sur une "demande du commissaire de la Biennale". "Dès que nous avons appris cette tentative de co-optation, nous avons formellement demandé à ce que la Biennalle retire immédiatement nos oeuvres, et rectifie toutes sa communication en précisant le retrait de notre participation".

    Yto Barrada, Bouchra Khalili et Zineb Sedira, qui soulignent être "entièrement solidaires de (leurs) collègues palestiniens et du peuple palestinien", ajoutent avoir immédiatement protesté auprès du Frac PACA pour exprimer leur "profonde colère après le prêt de ces oeuvres d'art sans le consentement préalable des artistes" et exiger de la structure régionale culturelle française une déclaration publique pour clarifier la position des artistes. À l'heure où nous mettons en ligne, le Frac PACA ne s'y est pas encore soumis, mais son directeur, Pascal Neveux, a transmis une demande à la Biennale pour "retrait immédiat" des oeuvres, précisent les trois artistes en colère.

    La biennale qui doit s'ouvrir ce 29 juin, se poursuivra jusqu'au 16 décembre prochain.

    LIRE AUSSI:



    -- This feed and its contents are the property of The Huffington Post, and use is subject to our terms. It may be used for personal consumption, but may not be distributed on a website.


older | 1 | .... | 806 | 807 | (Page 808)